Au Coude Fou

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une bonne adresse pour se réveiller les papilles !

 Allez manger « Au coude fou » chez Pascal et Christine, c’est prendre le risque de se régaler et de vouloir y revenir ! Car chez eux on aime lever le coude pour manger et boire.

Originaire de la région parisienne, où Pascal après suivi son apprentissage chez un meilleur ouvrier de France et obtenu son diplôme de cuisinier a travaillé durant plus de 40 ans dans de grands restaurants et Christine comme commerciale, le couple lasse de la vie trépidante de la capitale, décide de se fixer sur Pamiers ! « Ce n’est pas un hasard » explique Pascal « car nous connaissions l’Ariège pour y être venus plusieurs fois en vacances. Très vite l’idée d’ouvrir notre propre restaurant s’est imposée. Nous avons acheté le fonds de commerce en 2006, à l’emplacement rue Gabriel Péri, où nous sommes encore aujourd’hui. Après plusieurs mois de longs et gros travaux nous avons pu ouvrir en janvier 2007. L’idée de la crêperie avec des galettes, est venue toute seule, car nous nous sommes aperçus qu’il n’y en avait pas sur Pamiers. Mais je ne propose pas que ça : nous avons toute une carte de plats traditionnels. Nous avons misé dès le début sur les produits locaux ; nous nous fournissons sur Pamiers ou les environs pour nos viandes, nos fruits, nos légumes, nos fromages. Je n’achète que des produits de saisons. Pour moi c’est une évidence : il faut respecter les cycles de la nature si l’on veut de bons produits avec du goût ! Le café, les thés et infusions viennent de la brûlerie du bout de la rue et la bière que je sers, est artisanale et ariégeoise ! »

Christine ajoute : «  Pascal adore faire la pâtisserie ; toutes celles que l’on sert au restaurant, c’est lui qui les réalise ici en cuisine ! » Pascal précise : « c’est vrai j’ai toujours grand plaisir à faire mes pâtes moi-même ! J’aime la simplicité, comme une petite tartelette avec des abricots ou des fraises juste cueillies, ou une génoise avec bavaroise et coulis de fruits rouges, car la pâtisserie est la bonne note pour terminer un repas, celle dont on se souviendra ! Pour les viandes et les poissons j’aime les mélanges de saveurs ; je me sers d’épices et d’herbes aromatiques, juste de quoi relever les plats comme une sauce à aneth sur un filet de lieu ou une longe de porc caramélisée aux figues fraîches ou encore des choses comme des galettes avec un fondu de tomates et de courgettes un œuf et du fromage de chèvre. On peut aussi évoquer une terrine de canard au cognac et abricots, ou une mosaïque des mers en robe fumée. Le tout fait maison !  » Pascal est passionné par son métier et malgré sa déjà longue carrière il ne se lasse pas de cuisiner pour des clients qui sont, pour plus de 80 % des habitués qui reviennent fréquemment. Un signe évident de qualité et de la gentillesse des patrons !

La salle du coude fou a une contenance de 30 couverts plus quelques tables en terrasse. Leur restaurant est ouvert du mardi au samedi midi et soir. Pascal et Christine regrettent que la rue Gabriel Péri ne soit pas plus souvent rendue aux piétons en été : nous pourrions étaler nos tables et faire des animations, ce qui bien sûr attirerait du monde pour tous les commerces du centre-ville ! Car précisent-ils la rue qui se vide de ces commerces, sera bientôt déserte.

Il faut également mentionner que durant tout le confinement Pascal a continué à cuisiner : il fallait téléphoner et aller chercher son repas tout juste bon à déguster…une vraie parenthèse de bonheur pour prouver à tous, que la vie continue malgré tout ! 

catherine Pitat

catherine Pitat

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous pour recevoir notre Newsletter

Vous avez la possibilité de vous désabonner par simple clic.