Carrefour express

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le libre service au centre de Pamiers existe depuis 2006 à la même adresse place de la République sous l’enseigne « Huit à Huit », puis sous le nom de « Carrefour express ». M Laurent Simonetta, le gérant actuel et propriétaire du fonds de commerce exploite le magasin depuis 2014. Il explique son parcours « J’ai été cadre salarié dans la grande distribution durant de longues années mais quand j’ai réalisé que j’avais choisi ce métier pour le contact avec les clients donc pour le commerce de proximité, j’ai saisi l’opportunité accordée par le groupe Carrefour de prendre la gérance d’un magasin à taille humaine. D’une part, mon équipe est constituée de six salariés, je connais donc chacun d’entre eux, et d’autre part Pamiers est pour moi idéalement située : non loin d’une grande métropole comme Toulouse et proche des Pyrénées et de ses paysages extraordinaires. J’ai donc accepté et je peux dire que je ne regrette absolument pas mon choix ! J’ai retrouvé le goût du commerce, car c’est en discutant avec les clients que j’ajuste mes commandes pour les satisfaire ! » La clientèle est essentiellement constituée par des gens âgés du centre-ville qui viennent faire leurs courses à pied, mais aussi par les commerçants ou leurs employés, les ouvriers qui travaillent sur les chantiers de Pamiers, enfin par beaucoup de collégiens ou de lycées qui viennent acheter de quoi manger sur le pouce à midi. Le magasin est ouvert tous les jours du lundi au samedi non stop et le dimanche matin de 9 h à 13 h. Le local va changer de look, car M Simonetta a décidé de moderniser toute la partie froide en changeant les anciens présentoirs par des meubles à portes transparentes moins énergivores : le 17 mai les vieux meubles seront déposés et le 18 les nouveaux installés. Le magasin sera en travaux durant une semaine mais restera ouvert à la clientèle. Pour être complet sur le sujet il faut dire que M Simonetta reçoit souvent des élèves de 3ᵉ pour leur faire découvrir le métier et qu’il est convaincu qu’une supérette en centre-ville où l’on peut acheter les produits de base pour se nourrir, est essentiel pour la vie de la cité.

catherine Pitat

catherine Pitat

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous pour recevoir notre Newsletter

Vous avez la possibilité de vous désabonner par simple clic.