Elle et lui

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

« Elle et lui » se réinstalle rue Gabriel Péri, dans ses locaux totalement rénovés

On ne présente plus ce commerce qui est peut être l’un des plus anciens magasins de prêt-à-porter de Pamiers ; ouvert en 1964 par Henriette et Guy Mourlane les grands parents, l’histoire de ce commerce est intimement lié à l’histoire familiale « une vraie dynastie » dit en riant la propriétaire du magasin. « Ce sont Henriette et Guy qui ont choisi le nom de leur enseigne :  Elle et lui,  comme une évidence ! Quant à moi je m’apprêtais à devenir institutrice et j’ai rencontré mon futur mari, depuis nous travaillons ensemble dans ce magasin !  Elle ajoute « quatre générations travaillent ou ont travaillé dans cet endroit ! Et dans les années 1970 on comptait 13 ou 14 employés, plus trois couturières pour faire les ourlets ou les retouches.»

 Au début raconte-t-elle « nous faisions les marchés de l’Ariège, des Pyrénées Orientales et même de Haute-Garonne ; il fallait se lever très tôt pour arriver avant l’ouverture des marchés pour déballer et installer nos marchandises. Nous étions connus pour nos gros pulls en laine de Castres et nos manteaux. Nous pouvons habiller hommes et femmes de 17 à 99 ans ! La façon de s’habiller a beaucoup changé car aujourd’hui c’est la mode, on peut mêmes dire les modes -très éphémères- qui dictent les choix des clients. Auparavant on regardait plutôt le côté pratique et solide d’un vêtement, et on achetait des vêtements en fonction des saisons et non parce qu’on les avait vus à la télévision ou sur Internet. Dans les années 1970 nous travaillions avec cinq ou six marques essentielles alors qu’en 2020, nous en proposons environ vingt-cinq ! » 

Mme Mourlane aime à parler de l’histoire de ce magasin qui est aussi sa propre histoire : « j’ai toujours vécu ici puisque je suis née dans l’immeuble d’en face ; mais la rue Gabriel Péri était tout autre ; elle était très animée puisque les commerces de toute sorte, des épiceries, des boulangeries  et des bars se succédaient des deux côtés, à présent la plupart d’entre eux sont fermés. Pour ma part j’ai tenu un magasin de prêt-à-porter durant trente ans à Foix et mon mari faisait les marchés d’Ax, Foix, Mazères et Saint Girons. Une vie bien remplie mais fatigante, avoue-t-elle, même si elle tenait aujourd’hui encore avec son mari, à superviser tous les travaux de restauration et d’aménagement rendus indispensables par l’incendie qui a largement endommagé le magasin en 2018. « On travaillera jusqu’à minuit s’il le faut mais les vitrines seront fin prêtes, demain matin pour l’ouverture !  Nous accueillerons nos clients dés neuf heure ! La plus belle de notre récompense, explique-t-elle, encore c’est la fidélité de nos clients ! Il n’y a pas très longtemps j’ai vu arriver toute une famille : la grand-mère, la mère et la fille qui tenait son bébé dans les bras, pour s’habiller chez nous ! Il n’y a que le bébé pour lequel on a rien trouvé » dit-elle malicieuse. « Certains clients attendent d’être en vacances à Pamiers pour s’habiller chez moi ! D’autres viennent de loin pour s’habiller dans notre magasin !» 

Enfin elle me raconte une jolie, petite anecdote : un jour Henriette, ( la grand-mère) dans les années 1972, a reçu un jeune commercial. Il n’avait dans sa valise en tout et pour tout, que deux types de Jeans de la marque audoise C 17 alors totalement inconnue. Elle lui fit confiance, cela lui a porté chance. En 2020, l’autocollant est toujours sur la vitrine !   

Nous sommes prêts de la retraite il est temps de passer la main, mais je n’ai pas de nostalgie je vis avec mon mari et ma famille une grande et belle histoire ! Belle conclusion, Madame !  

catherine Pitat

catherine Pitat

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous pour recevoir notre Newsletter

Vous avez la possibilité de vous désabonner par simple clic.