L’embellie

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’atelier « L’EMBELLIE » ; ou la rencontre de deux passionnés

Josy, c’est la mère : elle se situe plus dans le domaine de la décoration. Elle est amoureuse depuis toute petite des beaux tissus, des étoffes, des soieries et ce qui en découle des harmonies de couleurs. D’ailleurs le magasin et l’entre-sol en est rempli. Cette passion dit elle « C’est une histoire familiale puisque mon grand-père puis mon père , exerçaient déjà cette profession de tapissier/décorateur. Nous travaillons à Pamiers depuis 2006. Ce qui me plaît le plus dit-elle les yeux pétillants, c’est la création, le conseil : les gens viennent dans la boutique avec quelquefois une idée préconçue sur une couleur, une forme, un tissu, etc. Je me rends chez eux et on discute styles, choix des tissus, éclairage et surtout de leur manière de vivre, donc de ce qui leur correspond le mieux. Car pour qu’une décoration soit réussie, pour qu’un fauteuil trouve sa place, qu’un canapé donne envie de s’y asseoir en bref qu’on se sente bien dans son intérieur, il faut une notion de plaisir. Tous les tissus sont beaux et ont tous une histoire ! Il m’arrive souvent de travailler de concert avec un artisan maçon ou un menuisier dans le cas de grosses transformations. J’aime beaucoup aussi le mélange des styles et des époques. Pour puiser des idées nouvelles, je me rends régulièrement dans les salons de décoration et de l’ameublement de Paris, Francfort ou Milan, pour m’imprégner des dernières tendances découvrir les nouveautés et surtout rencontrer des créateurs. C’est passionnant ! »  

Jimmy, c’est le fils : c’est lui qui redonne vie à toute espèce de sièges qui ont besoin d’un lifting voire plus ! « Quand un objet arrive dans mon atelier » explique-t-il « je fais un diagnostic : il est d’abord visuel puis manuel parce que les dégâts du temps peuvent être cachés, on peut trouver une cassure dans le dossier d’un fauteuil rien qu’en le tâtant. Puis arrive le stade du démontage du nettoyage afin d’affiner les restaurations à entreprendre. Je peux demander l’aide d’un ébéniste si la réparation est top importante. Le plus souvent il faut refaire toute la garniture et remplacer les  ressorts et les sangles. Mes outils essentiels sont les aiguilles courbes, et surtout un petit marteau spécifique appelé le ramponneau, les petits clous ou semence enfin les fameux clous tapissiers avec une tête arrondie souvent dorée. Pour restaurer un fauteuil Voltaire en entier je compte une semaine à temps plein. C’est un travail minutieux qui demande de l’attention de la patience et une réelle dextérité. » Jimmy possède le titre d’artisan d’art reconnu par la chambre de Métiers et de l’Artisanat ; ce qui lui permet de travailler dans des châteaux ou des musées.

L’atelier de l’embellie est ouvert à qui veut se renseigner sur ce beau et ancien métier. Si vous poussez la porte Josy vous parlera de cette passion qu’elle partage avec son fils, pour embellir nos habitations.

catherine Pitat

catherine Pitat

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous pour recevoir notre Newsletter

Vous avez la possibilité de vous désabonner par simple clic.