Portrait croisé de deux artistes

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Portraits croisés de deux artistes appaméens

Ils viennent de revenir sur Pamiers où ils ont emménagé cours Rambaud dans une maison avec un atelier à leur mesure ! « C’est ce qui nous l’a fait acheter » disent-ils de concert « nous avons eu un véritable coup de cœur pour la grange bâtie sur trois étages, que nous avons aménagé en atelier  avec d’immenses baies vitrées pour laisser passer la lumière ! » Elle c’est Michèle Duchêne , elle a adopté le rez-de-chaussée ; lui c’est Manuel Martinez il s’est installé dans le haut du bâtiment. Un couple d’artistes que beaucoup d’Ariégeois connaissent bien entre autre pour leur galerie au Carla Bayle. Michèle est née en Ariège et Manuel en Espagne qu’il quitte à l’âge de 4 ans avec sa famille pour fuir la pauvreté. Il raconte « mon père a fait tous les métiers pour nourrir sa femme et ses enfants ; Nous étions dans les premiers habitants à être logés à la Gloriette »

Dans la vie comme dans l’art ils sont complices et complémentaires, ils ont tous les deux suivi les cours de l’école des Beaux-arts de Toulouse, puis ils ont dû travailler pour gagner leur vie car vivre de son art est souvent une vraie gageure. Michèle a travaillé dans une agence de publicité en tant que graphiste durant des années, Manuel a peint des portraits des touristes l’été à Collioure et décoré les voitures des manèges des forains et leurs camions de transport. Puis il est embauché à l’office de tourisme de Pamiers ; beaucoup d’Appaméens se souviennent de ses affiches pour la Fiesta !

Michèle réalise d’incroyables sculptures en papier mâché « le matériel de base est ordinaire et simple «  dit-elle «  je n’ai pas besoin de fours comme pour la céramique ou la poterie ; juste du papier que je déchire en petits bouts et que je vais tremper dans de l’eau pour obtenir après malaxage, une pâte facile à modeler. J’utilise une structure en métal sur laquelle j’applique avec mes doigts des couches de pâte à papier. Entre chaque application je dois laisser sécher puis ajouter de la pâte ; laisser sécher à nouveau. Je n’utilise que peu d’outils, je fais le façonnage et le lissage entre mes paumes de main. Le visage est un travail minutieux puisqu’il se construit par petits rajouts successif de pâte. Quand enfin le corps les vêtements ou le visage me semblent terminés il faut encore que je mette des couleurs ! » Le résultat donne des personnages ; dont les plus grands sont à taille humaine ; incroyablement présents et vivants ! Michèle revêt à leur sourire et leur regard comme une interrogation sur le monde.

La carrière de Manuel a réellement décollé grâce à une rencontre en 2012 avec Michal Matej négociant d’art et responsable d’une grosse galerie slovaque ! Depuis il a exposé à Bratislava, à Prague, en Autriche, en Slovaquie, en Allemagne, en république tchèque. Manuel n’arrête pas de peindre de créer des tableaux de toutes dimensions dans lesquels la représentation très réaliste du corps humain est omniprésente : des bras des jambes des visages des mains. Des aplats de couleurs vives ou d’un noir profond à l’acrylique et empruntés à l’univers du Street-art viennent interroger l’harmonie : un œil devient un rond une main se prolonge par des traits ; des formes géométriques remplacent un visage. Manuel aime à parler de sa peinture et prend le temps d’expliquer à celui qui l’interroge le secret des reflets sur une peau une joue ou des lèvres et ou le mat des fameux aplats ! Il confie « En fait, je peins souvent Michèle d’après des photos d’elle ! » On se rend vite compte que cet équilibre qui semble naturel est fait de contraires minutieusement calculés  ! Il ajoute aussi « Je travaille en ce moment sur des cartons, des œuvres des petites dimensions. Je déchire et me sers des lignes et formes provoquées par la déchirure comme point de départ de chaque tableau. » Une série qu’il nomme déjà « cartons pleins » ! On peut visiter l’atelier des deux artistes sur rendez-vous ; vous serez éblouis !

catherine Pitat

catherine Pitat

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous pour recevoir notre Newsletter

Vous avez la possibilité de vous désabonner par simple clic.